Actualités

Lancement au MaMA

< Retour aux articles

LA FILIÈRE MUSICALE ENTRE DANS LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE

Le 12 octobre, au MaMA, le rendez-vous incontournable des pros de l’industrie musicale, Bruno Lion, président de « Tous pour la Musique », a donné le coup d’envoi au dispositif élaboré par la filière en vue de l’élection présidentielle de 2017.

bruno-lion-prend-la-parole

Ce dispositif, a-t-il expliqué, ne sera pas une étude sur les musiques de campagne, ni un tour d’horizon de la place de la musique dans les programmes ou encore une candidature à l’élection présidentielle : «la musique est déjà au cœur de notre quotidien, notre volonté, c’est de la « placer » au cœur de l’élection présidentielle, autrement dit de pousser des mesures pour mieux accompagner la musique, pas entendue comme filière, mais comme projet de société ».

Bruno Lion s’est exprimé devant un parterre de journalistes, de professionnels mais aussi du grand public et de représentants des candidats déclarés à l’élection présidentielle.

bruno-lion-parle

Comparant la popularité de la musique et des artistes à celle de la politique et des politiciens, il a rappelé un paradoxe (« si la musique est plus entendue que n’importe quelle politique, la politique n’entend pas la musique ») et posé plusieurs questions : pourquoi Music Norway, l’équivalent norvégien du Bureau Export, a-t-il un budget de 3,3 millions d’euros, c’est-à-dire le même budget que celui du Bureau Export français, alors que la Norvège compte 13 fois moins d’habitants que la France ? Pourquoi est-ce l’Estonie qui offre à tous ses habitants un accès à la plateforme en ligne d’apprentissage de la musique Meludia, alors que Meludia est une startup française ? Pourquoi chaque gouvernement critique-t-il les avantages indus des GAFA (Google- Apple- Facebook-Amazon) qui prospèrent sur la vente de biens culturels sans pousser pour une action européenne ?

Grâce au site, le président de Tous pour la musique (TPLM) a invité chacun à parler de musique sous tous les angles possibles : l’exportation des artistes, l’éducation à la musique, la compétitivité de la filière, son rapport aux nouvelles technologies, etc. « Parce que 99 % des Français écoutent de la musique, 99 % des Français ont vocation à nous aider à construire notre programme » a rappelé Bruno Lion. Présentes à ses côtés, la chanteuse Suzanne Combo, par ailleurs déléguée générale de la Guilde des Artistes Musiciens (GAM), et Emilie Yakich, coordinatrice du chantier des Francofolies, ont pris la parole pour évoquer leurs propres expériences de terrain. L’enjeu est en effet de faire ressortir des idées mais aussi de faire parler les gens de leur rapport personnel à la musique.

tweet

Pour conclure, Bruno Lion a déposé en direct la première contribution sur le site www.mavoixpourlamusique.fr : relever le plafond du CNV au niveau de celui du CNC !